5 choses à savoir avant d’acheter un multiple d’art

Articles d'art

Art Général / Articles d'art 29 Views

Moins couteux que l’œuvre en un seul exemplaire, le multiple possède de nombreux avantages. Cette pièce, qui peut aller de la gravure à la sérigraphie permet de posséder une véritable pièce d’artiste chez soi sans hypothéquer son appartement. Mais encore faut-il connaître quelques astuces pour ne pas commettre d’erreur de débutant.

Retrouvez notre sélection d’oeuvres multiples en vente sur KAZoART

Linogravure d'Eric Durant, Les Blancs Révélés, Kazoart

Linogravure d’Eric Durant, Les Blancs Révélés, Kazoart

1) Le multiple n’est pas une copie

Frileux de vous retrouver avec une simple reproduction ? Le multiple est bien plus que ça. Si l’image fait l’objet d’une reproduction, ses tirages demeurent tous entièrement différents et donc, uniques. Ils sont en effet obtenus à partir de la collaboration entre l’artiste et un éditeur qui accorde beaucoup de soin à l’édition. Réalisés en petite quantité, les tirages sont tous confectionnés avec minutie, l’artiste étant partie prenante dans le processus, souvent jusqu’au bout. Le papier ou autre support sur lequel l’impression est réalisé est souvent de qualité exceptionnelle.

L’artiste américain Jasper Johns est connu pour avoir poussé pour un papier de qualité supérieure, plus lourd que le papier habituel. Ses multiples ont donc tout de véritables œuvres d’art qui ont leur place dans votre salon à côté de dessins, sculptures et autres peintures, que ce soient d’artistes émergents ou de maîtres confirmés. Le britannique Damien Hirst a fait du multiple un principe créatif au point de produire et de vendre dans ses boutiques des sérigraphies.

Sérigraphie sur papier de Damien HIRST - white/red/cool gold/poppy red’ / ‘I love you – red/oriental gold/cool gold, 2015

Sérigraphie sur papier de Damien HIRST – white/red/cool gold/poppy red’ / ‘I love you – red/oriental gold/cool gold, 2015

2) Il existe plusieurs types de multiples

Difficile de se repérer de prime abord dans la jungle du multiple tant ses genres sont justement multiples ! Les techniques les plus répandues sont la gravure et la sérigraphie. La gravure utilise l’incision ou le creusement pour produire une image avec des techniques de creux et de relief. On la retrouve chez les grands maîtres tels que Delacroix, Goya ou encore Dürer mais aussi chez Robert Mangold, Frank Stella et Helen Frankenthaler. Cela peut aussi être une linogravure, technique se pratiquant sur du linoleum et consistant à enlever les blancs de l’œuvre finale pour que l’encre s’inscrive sur les parties toujours en présence.

La sérigraphie se rapproche quant à elle d’un processus d’imprimerie qui utilise des pochoirs formant des écrans qui sont placés entre l’encre et le support (papier, carton, métal, verre, etc). Andy Warhol en est le roi incontesté, avec ses sérigraphies de photographies et d’images populaires devenues légendaires.

Linogravure sur papier, Envol d'Hélène Bautista, Kazoart

Linogravure sur papier, Envol d’Hélène Bautista, Kazoart

3) Les multiples d’art ont des caractéristiques spécifiques

Un multiple «original» est une œuvre unique car il porte le numéro d’un nombre limité d’impressions. Chaque impression reçoit en effet un numéro d’édition écrit le plus souvent en fraction – par exemple, 30/50. Le deuxième nombre indique la taille de l’édition (dans ce cas, 50).

Plus il existe d’exemplaires, plus le prix de l’œuvre baissera. Il ne vous reste plus qu’à choisir votre chiffre porte bonheur s’il vous reste le choix du numéro. La majorité des multiples sont signés ou possèdent les initiales de l’artiste. Andy Warhol et Pablo Picasso se contentaient parfois d’un tampon.

Gravure de Frank Stella, Swan Engraving Circle I, State III, 1983

Gravure de Frank Stella, Swan Engraving Circle I, State III, 1983

4) Les multiples sont accessibles

Pour un premier achat, le multiple est une option intéressante. Son prix est généralement le dixième du prix d’une pièce en un seul exemplaire. « Tous les tableaux devraient être de la même taille et de la même couleur de sorte qu’ils seraient interchangeables et que personne n’aurait le sentiment d’en avoir un bon ou un mauvais. » Andy Warhol.

En 2016, une galerie associative d’un village de l’Aveyron, Salles-la-Source, vendait ainsi vingt sérigraphies appartenant à un collection privé de la série des soupes Campbell et des Marilyn du pape du pop art pour moins de 1000 euros. Évidemment, elles se sont écoulées comme des petits pains.

andymarilyn

Sérigraphie d’Andy Warhol, Marilyn Diptych, 1962 (Tate Gallery)

 

5) Il faut prendre soin de ses multiples

Les impressions sont aussi précieuses que vos autres œuvres, même si le prix est souvent beaucoup plus bas. Mais cela ne veut pas dire qu’il faut les relayer dans la chambre d’ami. Il faut au contraire les chérir pour les mettre en valeur. La façon dont vous encadrez votre impression vous assure de la conserver en bon état. Retrouvez nos conseils pour bien encadrer une oeuvre d’art

Ne pas hésiter à mettre le prix pour que le travail d’encadrement soit bien réalisé. Ensuite, ne placez pas votre œuvre à un endroit où le soleil pourrait frapper (on évite la véranda), dans une pièce humide et surtout ne découpez pas le support pour essayer de l’insérer dans un cadre plus petit. Il s’agirait d’un véritable blasphème. KAZoART vous en dit plus là-dessus dans son article de conseils pour prendre soin d’une oeuvre d’art.

Retrouvez notre sélection d’oeuvres multiples en vente sur KAZoART

Inscrivez-vous à la newsletter KAZoART

Vous souhaitez recevoir régulièrement les nouveaux articles et les actus de KAZoART ? Inscrivez-vous à notre newsletter !


Comments