La bande dessinée : le 9e art

Articles d'art

Art Général / Articles d'art 42 Views

Longtemps considérée comme genre mineur, la bande dessinée a été récemment acceptée, et qualifiée de « Neuvième Art ». Après le 7e art, le cinéma, et le 8e art que sont les « Arts médiatiques », comprenant notamment la photographie, la Bande dessinée a su s’imposer, sans doute grâce à ses plus illustres représentants. Art à part car mêlant écriture et dessin (et bien souvent résultat du travail de deux artistes) c’est bien ces spécificités et sa variété qui ont su le mettre sur le devant de la scène.

Petite histoire de la BD

La BD est un art jeune : son origine remonte au XIXe siècle. Sa paternité est sujette à débats : elle serait soit née en 1833 avec le suisse Rodolphe Töpffer, soit plus tard en 1896 dans Yellow Kid de Richard Outcault.

bande dessinnée kazoart

Couverture de The Yellow Kid

Au début associée à un public enfantin ou jeune (dans les années 60), elle s’est petit à petit émancipée grâce à des oeuvres comme la série desTintin d’Hergé, ou encore Black et Mortimer de Jean Van Hamme. En Europe – particulièrement en Belgique – et aux États-Unis avec les Comics, la BD prend son essor dans les années 70. En 1973 est inauguré le Festival international de la bande dessinée d’Angoulême, qui amène de la visibilité aux artistes.
En 1975 est lanceé la revue de science-fiction Métal Hurlant qui propose des planches aux styles variés, et contribuera énormément à la reconnaissance du 9e art ainsi qu’à la renommée d’auteurs tels que Moebius et Hugo Pratt.
Autre événement majeur pour cet art nouveau ; l’attribution du Prix Pulitzer à Art Spiegelman pour son chef d’œuvre Maus en 1992. Finalement en 2012, ultime reconnaissance, les célèbres Éditions Citadelles & Mazenod lui dédient un ouvrage… une belle preuve du poids culturel de la BD !

La BD, art graphique

Difficile de séparer texte et dessin lorsque l’on parle de bande dessinée, puisqu’il s’agit du principe même de ce medium. Cependant, certains artistes ont acquis une reconnaissance basée plutôt sur l’un ou sur l’autre des deux versants.
Jean Giraud notamment, plus connu sous le nom de Moebius, a acquis un succès international, notamment grâce à la l’album Arzach publié en 1976. Son dessin lunaire et précis, associé à un monde fantastique, ouvrira les portes à d’autres artistes dans la même veine imaginaire.

arzach kazoart bande dessinée

Moebius, Arzach, planche, 1976, Les Humanoïdes Associés

De même Enki Bilal est sans doute un des auteurs-dessinateurs les plus connus. Son style inimitable et les univers étonnants qu’il imagine l’ont inscrit définitivement dans l’imaginaire collectif. Bilal a d’ailleurs la même manière de travailler qu’un peintre : il réalise ses cases à l’acrylique en grand format, qu’il scanne ensuite. Il a même été invité au Musée du Louvre en 2013 pour une exposition intitulée « Les fantômes du Louvre »,

bilal kazoart bande dessiné

Planches (non consécutives) de l’album Le Sommeil du monstre, Enki Bilal, 1998

La BD, véritable littérature

Des auteurs scénaristes comme Art Spiegelman sont parvenus à faire reconnaitre leurs BD en tant qu’œuvres littéraires. Le Maus de Spiegelman est un véritable choc lorsqu’il parait en 1986 (l’œuvre relate les événements de la Shoah) et est une biographie à part entière.

D’autres auteurs plus contemporains, comme le canadien Guy Delisle mêlent reportage et humour. Delisle utilise un dessin simple en noir et blanc, permettant d’illustrer clairement les propos. Avec Pyongyang (2003) ou encore Chroniques de Jérusalem – pour lequel il obtient le prix du Meilleur album à Angoulême en 2012 – Delisle relate des expériences de voyages à l’étranger, dans des pays assez « sensibles ». La BD est ainsi un art multiple, tantôt graphique, tantôt littéraire ou journalistiques, engagé parfois…

bande dessinée delisle kazoart

Guy Delisle, Chroniques de Jérusalem, planche, Éditions Delcourt

Un univers en plein boum

L’univers de la bande dessinée est aujourd’hui devenu immense, entre BD jeunesse, historiques ou humoristiques, romans graphiques ou bien mangas… il s’agit d’un art pluriel et dynamique qui a de beaux jours devant lui !

Les collectionneurs privés s’intéressent de plus en plus au 9e art, et certaines planches de bande dessinée se vendent d’ailleurs à des prix astronomiques lors de ventes aux enchères. Sotheby’s n’a organisé sa première vente de BD que très récement, en 2012, et Christie’s  en 2014. Ainsi un planche du mythique album Tintin : On a marché sur la lune, s’est vendue 1, 55 millions d’euros en novembre 2016 ! Un montant exceptionnel, jamais atteint auparavant, qui montre bien un intérêt croissant du marché de l’art pour la BD…


La bande dessinée peut aussi se mêler directement aux arts plastiques, ou en être un sujet d’inspiration : Découvrez notre sélection Bande Dessinée sur KAZoART

Inscrivez-vous à la newsletter KAZoART

Vous souhaitez recevoir régulièrement les nouveaux articles et les actus de KAZoART ? Inscrivez-vous à notre newsletter !



Comments