Les 10 baisers les plus célèbres de l’Histoire de l’Art

Articles d'art

Art Général / Articles d'art 34 Views

L’Art n’a jamais manqué de célébrer l’osmose entre deux êtres au travers d’un baiser. Qu’ils soient peintres, sculpteurs ou photographes, ils ont figé l’instant amoureux et ont fait naître les plus beaux baisers de l’Histoire de l’Art. Symbole de passion, d’amour et d’intimité, le baiser scelle l’union de deux êtres à un moment donné et attire l’attention par sa dimension universelle, parfois engagée et politique. KAZoART revient sur les 10 baisers les plus célèbres de l’Histoire de l’art… Haut les cœurs !

Les 10 baisers les plus célèbres de l’Histoire de l’Art

#1 Roy Lichtenstein – Kiss V (1964)

Roy Lichtenstein, Kiss V (1964) Les 10 baisers les plus célèbres de l'Histoire de l'Art

Roy Lichtenstein, Kiss V (1964)

Des larmes, un baiser, une étreinte. Une séparation déchirante ou de chaleureuses retrouvailles ? Cette sérigraphie signée Roy Lichtenstein démontre toute la poigne et l’émotion de l’union de deux êtres. Caractérisée par un univers pop, coloré, l’œuvre aux allures de comics s’inspire de la bande-dessinée dont elle reprend les codes graphiques.

#2 Gustav Klimt – Le Baiser (1907-08)

le baiser de gustav klimt kazoart / Les 10 baisers les plus célèbres de l'Histoire de l'Art

Gustav Klimt, Le Baiser (1907-1908) / Gustav Klimt [Public domain], via Wikimedia Commons

Dans sa belle période dorée, Gustav Klimt a peint l’une des scènes amoureuses les plus connues de l’Histoire de l’Art. Sur fond d’érotisme, ce baiser réunit une femme et un homme qui semblent s’abandonner l’un à l’autre. Dans une asymétrie évidente, ce corps-à-corps plongé dans l’or ressemble à une icône presque sacrée. Personne n’oserait déranger ces deux-là…

Certains détails du Baiser de Klimt vous ont échappé ? L’Œuvre à la loupe vous aide à rattraper votre retard !

#3 Magritte – Les Amants (1928)

Magritte, Les Amants (1928)

Magritte, Les Amants (1928) / (cea +/Flickr/CC BY 2.0)

L’amour à visage caché. Cette femme et cet homme semblent si proches et pourtant si éloignés. Cette distance paradoxe donne à l’œuvre de Magritte beauté et mystère. Lorsqu’il était adolescent, la mère de Magritte s’est noyée, sa chemise de nuit recouvrant son visage. Est-ce là un rapprochement possible ? L’artiste nous laisse libre cours à l’interprétation. Un amour profond, un déni, un refus ou simplement l’inconnu, ce sont autant de finalités probables. Un chef-d’œuvre du surréalisme où le romantisme, ici matraqué et scellé dans un huit clos prévient toute communication, même le moindre baiser, lequel se scelle malgré tout derrière ces tissus blancs. Symbole de la vie, de la mort ? D’après l’artiste, ses compositions n’ont aucun sens véritable…

#4 Rodin – Le Baiser (vers 1882)

Le Baiser, Rodin

Auguste Rodin, Le Baiser, vers 1882
Marbre exécuté par Jean Turcan, 1888-1889
Musée Rodin / (Jean-Pierre Dalbéra/Flickr/CC BY 2.0)

L’une des scènes amoureuses les plus connues dans l’Histoire de l’Art. L’amour véritable, romantique, à l’état pur. Deux êtres dans bras l’un de l’autre, sculptés dans un seul morceau de marbre, libres de s’aimer pour l’éternité. Une étreinte poignante mais qui se révèle en réalité plus anecdotique qu’il n’y paraît. Francesca da Ramini, la femme représentée dans cette sculpture, embrasse son amant. Les ayant surpris en train de s’amouracher, le mari de Francesca les tue tous les deux, les condamnant ainsi à une errance indéfinie dans les Enfers. Ces personnages issus du poème « La Divine Comédie » de Dante Alighieri devaient à l’origine être un ensemble de sculptures mais au vu du succès rencontré par ces deux amants, Rodin rendit cette œuvre indépendante, sans jamais s’accorder sur la véritable identité de ces amants (maudits ?)…

#5 Henri de Toulouse-Lautrec – Dans le lit, le baiser (entre 1892 et 1893)

Henri de Toulouse-Lautrec, Dans le lit, le baiser (entre 1892 et 1893)

Henri de Toulouse-Lautrec, Dans le lit, le baiser (entre 1892 et 1893) / Henri de Toulouse-Lautrec [Public domain], via Wikimedia Commons

Contemplons dès à présent cette étreinte amoureuse signée Henri de Toulouse-Lautrec. Cette scène d’une infime beauté dévoile la passion des amours féminines. Toutes deux recouvertes d’un drap et s’adonnant l’une à l’autre, ces jeunes femmes semblent ne plus vouloir se quitter. Un moment intense, intime, sensuel aussi. L’artiste a immortalisé la tendresse de ces échanges entre deux supposées prostituées.

#6 Banksy – Kissing Coppers (2004)

Banksy, Kissing Policemen

Banksy, Kissing Coppers / By ShoZu (Flickr) [CC BY-SA 2.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0)], via Wikimedia Commons

Banksy a laissé sa patte à Brighton, en Angleterre. En 2004, il peint sur un mur un couple homosexuel de policiers en train de s’embrasser. Devenue une véritable attraction touristique, cette œuvre de rue n’a laissé personne indifférent. Le pochoir a été vendu aux enchères en 2014 à Miami pour la modique somme de 575.000 dollars (environ 418 000 euros à l’époque). Couple ou simples partenaires ? Quoi qu’il en soit, cette œuvre dépeint l’étroite relation existant entre les membres de la police, qui gardent ici leur attirail de fonction (les menottes pour l’un et le club de Billy pour l’autre) et naissent peut-être d’une volonté de l’artiste de les ridiculiser dans un acte de protestation contre l’autorité.

#7 Marc Chagall – Birthday (1915)

Marc Chagall, L'Anniversaire (1915)

Marc Chagall, Birthday (1915) / By Marc Chagall [Public domain], via Wikimedia Commons

Célébration de l’amour du côté de Marc Chagall. De retour en Russie pour demander sa compagne Bella en mariage, il dépeint ici une scène de la vie quotidienne où un couple fête un anniversaire, celui de Chagall, dont le corps flotte allègrement dans la pièce. L’amour lui aurait-il donné des ailes ? Un jour de fête célébré en amoureux où Bella a minutieusement tout préparé. Un bouquet dans les mains, un gâteau sur la table, tout est fait pour que son mari soit le plus heureux des hommes. Bien que surréaliste, cette scène romantique rayonne de poésie, presque surnaturelle… Mais où sont bien passés les bras de Chagall ?

#8 Victor Jorgensen – Kissing the War Goodbye (1945)

Victor Jogensen, Kissing the War Googbye (1945)

Victor Jorgensen, Kissing the War Googbye (1945) / By Lt. Victor Jorgensen (US archives) [Public domain], via Wikimedia Commons

Nous sommes à New York le 14 août 1945 et le Japon vient de capituler. C’est un jour de victoire pour les États-Unis, en voici la preuve avec ce baiser plein de fougue entre un marin de l’US Navy, Glenn McDuffly et une jeune infirmière, Edith Shain. La fin de la Seconde Guerre mondiale s’illustre par de nombreuses scènes de joies éparses à Times Square ce jour-là. À l’origine de ce cliché, le journaliste de l’US Navy Victor Jorgensen. Un autre photographe a également immortalisé cette scène sous un autre point de vue, Alfred Eisenstaedt. Sur cette autre photographie, on voit mieux l’arrière plan, Times Square et la totalité des corps des deux protagonistes. A leur sujet, Eisenstaedt écrit d’ailleurs « le contraste entre la robe blanche de l’infirmière et l’uniforme noir du marin donne à la photo toute son émotion. »

#9 Antonio Canova – Psyché ranimée par le baiser de l’Amour (entre 1787 et 1793)

Antonio Canova, Psyché ranimée par le baiser de l'Amour (entre 1787 et 1793)

Antonio Canova, Psyché ranimée par le baiser de l’Amour (entre 1787 et 1793) / Par Sailko (Travail personnel) [CC BY 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by/3.0)], via Wikimedia Commons

L’Amour inspire aussi largement les sculpteurs ! L’artiste Antonio Canova est à l’origine de la magnifique statue « Psyché ranimée par le baiser de l’Amour » qui unit Cupidon et Psyché. Le jeune homme ailé vient à la rencontre de cette jeune femme, inconsciente, allongée sur un rocher. Plongée dans un sommeil très profond après avoir ouvert un flacon malgré l’interdiction formelle de Vénus, la mère de Cupidon, elle est tendrement enlacée par Cupidon, lequel s’assure que celle-ci est toujours bien en vie. Il la redresse, elle lui saisit amoureusement la nuque après avoir enfin retrouvé la conscience d’aimer et de l’être en retour.

#10 Constantin Brâncuși – Le Baiser (1909)

Constantin Brâncuși, Le Baiser (1909)

Constantin Brâncuși, Le Baiser (1909) / (Art Poskanzer/Flickr/CC BY 2.0)

La fusion de deux corps en un seul. C’est toute la beauté qui émane de cette sculpture signée Constantin Brâncuși. Sculpteur franco-roumain, il traite ici l’Amour dans une quasi-abstraction. Ces deux corps entremêlés pour ne faire plus qu’un sont le symbole d’une fusion totale. Un seul bloc de calcaire a suffi à faire naître cette union, où cette femme et cet homme sont si rapprochés que le résultat définitif est presque trompeur.

L’amour se vit aussi sur KAZoART ! Découvrez notre sélection « Love is in the air » qui vous fera palpiter le cœur à coup sûr…

Inscrivez-vous à la newsletter KAZoART

Vous souhaitez recevoir régulièrement les nouveaux articles et les actus de KAZoART ? Inscrivez-vous à notre newsletter !


Comments